Rolistes Nantais

Le lieu de rencontres des Nantais expatriés
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Films

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Yael

avatar

Nombre de messages : 878
Age : 39
Néphilim : Fulgrim
Loup-Garou : Iris Knight
Agone : Miranda Calisal
Date d'inscription : 01/06/2006

Feuille de personnage
Vampire: MJ
Star Wars: MJ
Armoria: Hoël Tragan

MessageSujet: Re: Films   Dim 31 Aoû - 20:57

Au cinéma ces derniers temps:

Lucy:
Quand Besson essaye de faire du Aronofsky, on peut légitimement craindre le pire, tant notre Luc national a pu prouver à longueur de pelloches qu'il n'était pas équipé pour faire dans psychologie, encore moins dans la métaphysique de haut vol. Fort heureusement pour le spectateur, l'âge aidant, Besson a dû s'éclairer sur ses propres lacunes, ce qui lui permet d'éviter le ridicule dans Lucy et de livrer un film sommes-toute plutôt agréable à regarder. Pour faire une analogie culinaire, c'est un peu comme si Mc Do vous servais un Burger façon brasserie avec des frites au couteau et un gros steak haché frais: c'est sympa, surtout de la part de Mc Do... mais bon ça reste un Burger. Ne vous attendez-donc pas à THE film d'action intelligent de l'année; Lucy est efficace, pas crédible (en faisant la mule pour un trafiquant coréen, Scarlett Johanson se retrouve par accident avec la drogue qu'elle transporte passant dans son sang, décuplant ses capacités cérébrales avec super-pouvoirs à la clé...) mais agréable à regarder, bien rythmé même si les scènes de bagnoles et l'humour à la Taxi sont à la hauteur de leur modèle... et voilà. Scarlett joue correctement et retiens suffisamment l'attention du spectateur pour faire passer un bon paquet des défauts du film (méchants asiatiques clichés, flics français ridicules, scènes de gunfight marrantes mais complètement débiles...), Morgan Freeman joue Morgan Freeman et pour être bien sûr que vous ayez bien compris le sous-texte vaguement introspectif, Besson vous octroie quelques scènes de docu animaliers (véridique!) en montage parallèle. On a vu mieux et pire aussi.

Les gardiens de la galaxie:
Sans doute sommes-nous passé pas loin d'un grand space opera 2e degré, à la manière de Firefly ou d'un Chroniques de Ridick (le 2 hein, pas la bouse suivante...). Helas, peut-etre est-ce à cause de la VF mais une grande partie des tentatives d'humour distillées tout au long du film tombent un peu à plat. Dommage car malgré un univers totalement inconnu côté français (tiré d'un obscur Comic Marvel), Les gardiens recèles une vrai richesse et un grand potentiel. Le principal soucis (outre un paquet de subtilités de jeu et de dialogue qui ne passent pas du tout en VF), c'est que le film oscille le cul entre 2 chaises, comme si le réalisateur avait voulu se lâcher mais qu'il avait été retenu par le studio qui lui a imposé une succession de passages obligés académiques sans consistance. C'est probablement dû à un budget confortable et une grande tension au sein des studios, après les échecs retentissants de plusieurs Blockbusters estivaux (Lone Ranger, John Carter, même Edge of Tomorow a frôlé le crash au Box office) et face à un matériau ô combien casse-gueule. Dommage donc, mais il reste néanmoins un film correct avec de grandes idée visuelles et quelque traits de génies non exploités. A voir en VO.


Hercule:

Vous vous attendiez à un fantastico/peplum décérébré et aussi tarte que Transformers? Et bien pour le coup, Hercule est une heureuse surprise. Ici, "the Rock" campe un Hercule mercenaire, offrant ses services au nobles et souverains des nombreuses et diverses provinces d'une Grèce Antique fantasmée mais violente. Il est aidé en celà par une équipe de rôlistes... heu d'autres mercenaires, et surtout par une légende habillement construite pour semer la peur chez ses ennemis. Un argument pas trop con donc, et le reste du film est à peu près à l'image, banissant les clichés trop débiles mais ne parvenant pas malgré tout à éviter quelques poncifs de grosse machine hollywoodienne. Vous êtiez venus bouffer un kebab-frittes bien gras en sortant de boîte à 4h du mat, vous vous en sortez avec un bon sandwich plutôt sympa et le sourire de la caissière en prime. Le sourire de la caissière, c'est des scènes d'actions bien jouissives et bourines comme on peut l'espérer, avec une invraisemblance assumer qui flirte avec le fantastique, comme tout le film d'ailleurs, ce qui est bien agréable. Sympa donc, surtout quand on s'attendait à une purge.

Enemy:
Bel échec que cette tentative canadienne de faire du David Lynch. Servi pourtant par de bons acteurs (Jake Gyllenhalle, Sarah Badon, Melanie Laurent, Isabella Rosselini), le film traîne en longueur son argument initial (un prof d'histoire en fac à la vie chiante se rend compte qu'il a un double parfait, un acteur de seconde zone et décide de le rencontrer...) sans jamais offrir une réelle tension, encore moins permettre une quelconque identification. Sous-tendu par une musique contemporaine omniprésente et donc à contre-emploi, la réalisation pseudo-cérébrale perd très vite le spectateur, malgré une première séquence étonnante et glaçante. Le pire demeure sans doute cette image filtrée brun, qui au lieu de donner un style gâche toutes les prises de vues par un teinte pisseuse digne d'un grand Derick. Un long Derick même car malgré ses 1h30, le film donne l'impression d'en durer 3. Seule chose à retenir dans ce pseudo thriller/étrange à la bande annonce totalement mensongère, la resplendissante Sarah Badon, magnifique et pourtant enceinte jusqu'aux yeux (pour de vrai?). C'est peu. Retournez voir Lost Highway.

Voilou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael

avatar

Nombre de messages : 878
Age : 39
Néphilim : Fulgrim
Loup-Garou : Iris Knight
Agone : Miranda Calisal
Date d'inscription : 01/06/2006

Feuille de personnage
Vampire: MJ
Star Wars: MJ
Armoria: Hoël Tragan

MessageSujet: Re: Films   Dim 24 Mai - 17:19

Yop yop! comme dirait Fab. De retour à terre, je reprends l'activité cinématographique! Cette semaine, trois films:

Avengers - l'ère d'Ultron:
Avec un sous titre qui a le nom d'une huile moteur, on aurait dû se douter que cet enième opus Marvel risquait d'être poussif. D'autant que si l'on suit le cycle de ces blockbuster McDo chers et interchangeables, après un Iron Man III bien naze et un Captain America : The winter soldier acceptable, on pouvait se douter que celui-ci serait une petite cuvée.
En guise de cuvée, c'est une sale petite piquette qui nous est offerte à l'écran, particulièrement desservie par une VF à pleurer. Le premier Avenger ne brillait déjà pas pour la cohérence de son scénario mais avait au moins le bon goût d'être fun et possédait un méchant à peu près digne de ce nom en la personne de Loki. Là, les commerciaux - pardon, producteurs - de Marvel n'en ont ostensiblement plus rien à foutre de leur sujet, tout juste bon à vendre des figurines et des produits dérivés à des gosses décérébrés. D'ailleurs, c'est évidemment aux gosses (de préférences américains et obèses au point d'avoir le cerveau qui baigne dans la graisse et le sucre) que cette orgie d'actions aussi débile qu'un Transformers s'adresse; si vous en doutez, écoutez les dialogues et en particulier les réplique d'Esso Ultron, le plus grotesque des super-méchant jamais présenté dans un film aussi cher (à part chez Mickael Bay encore une fois). Comme plus personne n'en a rien à foutre de la crédibilité de la licence, on assiste consterné à une succession de scènes d'actions sans intérêt ni réelle cohérence, servies par des acteurs en roues libres venus touchés leurs chèques et dont on sent bien qu'eux non-plus n'y croient plus. Avec un Ultron mal expliqué, mal campé, mal foutu, théoriquement tout puissant mais en fait tout nul, le résultat est tellement cynique qu'il en devient irritant. Pour ceux qui espéraient par ailleurs un quelconque enchaînement logique entre l'ère d'Ultron et les films précédents, passez votre chemin: écrit vraisemblablement par le fils de quatre ans du scénariste, le script ne fait qu'à peine référence aux stremons du premier Avenger et au croutage du Shield du Winter soldier. Seul moment hilarant (du moins je me suis marré en pensant aux implications pornos de l'affaire), la romance entre Romanov et Hulk, qui est sûrement dans le comics d'origine (j'en sais rien en fait et je m'en tape) mais qui n'en reste pas moins con comme c'est pas permis. Bon je vais me remater le dernier X-men moi...


Mad Max - Fury Road:


Woanondidjiou the fuck ta mère C'EST UN PUTAIN DE TRUC DE DIIIIIIIIINGUE!!!!!!!!!!!!!!!!!
Adepte ou non du premier film de 1979, adepte ou non des purs (mais alors purs et durs!) films d'actions, à tendance post-appo-survival-crading, n'hésitez plus: COURREZ VOIR MAD MAX! Je n'ai jamais, de mes yeux vus, assisté à un spectacle d'une telle intensité. Loin d'un blockbuster décérébré et putassier comme les Transformers ou celui décrit précédemment, Fury Road, réalisé par Geoges Miller (déjà auteur des 2 premiers opus) est un bijou violent, malin, bourré d'adrénaline (ou plutôt de méthanol) et d'intelligence malgré un argument qui à la base s'y prête peu. Joué très juste par une brochette d'acteurs dont on notera particulièrement la très "Helene Ripley" Charlize Théron (finalement plus mise en valeur que Mad Max lui-même), le film enchaîne les scènes d'anthologies avec une frénésie, un sens du montage, de l'image et du spectaculaire à couper le souffle. Sans jamais verser dans la bêtise, le cynisme ou la niaiserie, Fury Road parvient à tenir la distance de bout en bout, vous laissant le coeur palpitant, les oreilles résonnantes de hurlements mécaniques et les yeux écarquillés par une photographie millimétrée servie par une 3D pour une fois admirable (malgré un putain de montage par moment frénétique). Les pinpins Hollywood peuvent aller se rhabiller, l'australien Miller redonne 35 ans après le premier Mad Max (et avec un budget plus de 100 fois supérieur, certes) une leçon de cinéma d'action de très très très grande classe. Conseil, allez le voir en V.O., le "slang" post-appo utilisé dans le film étant infiniment plus savoureux. HAIL TO V8!!!


Still Alice:

Joué par une Julianne Moore qui se révèle là comme une actrice intense et brillante, Still Alice raconte l'histoire d'une éminente linguiste de 50 ans frappée par une forme précoce et génétique de la maladie d'Alzheimer. Le sujet n'est pas fun, le film non plus mais la qualité du jeu des acteurs (Alec Baldwin, Kristen Stewart) et la justesse de la réalisation, à la fois pudique et sans concession en fond un de ces films à voir sur un sujet qui risque de toucher tout un chacun. Moins poignant et poétique que "Se souvenir des belles choses", Still Alice demeure académique mais réussi.

Voilou! Bonnes séances!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael

avatar

Nombre de messages : 878
Age : 39
Néphilim : Fulgrim
Loup-Garou : Iris Knight
Agone : Miranda Calisal
Date d'inscription : 01/06/2006

Feuille de personnage
Vampire: MJ
Star Wars: MJ
Armoria: Hoël Tragan

MessageSujet: Re: Films   Mer 10 Juin - 13:17

Aaaaaaaaa Gaaaaaaa dou dou dou, mousse l'ananas et moul'café...
Voilà voilà, de retour d'une croisière Costa avec Aurore, où nous avons pu expérimenter - outre le farniente et les charmes de l'Espagne et de l'Italie - les milles et unes façons de te faire cracher de la tunes dans une ambiance camping.

Bref, histoire de pas perdre de temps, les deux films vus ces derniers jours:

Maggie:
On nous vendait un film sensible avec un Shwarzie dans un rôle de composition étonnant de vérité... On se retrouve avec un épisode de Louis la Brocante version Zombie. Le pitch: alors que le monde est aux prises avec un épidémie de virus-zombie, un redneck (shwarzie) ramène sa fille qui a fait une fugue et qui bien sûr a été infectée. Voilà. On attend ensuite pendant tout le film qu'il se passe quelque chose... en vain. le redneck coupe du bois, la belle mère fait la cuisine, la fille dégénère lentement... Même notre Terminator ex-gouverneur a l'air de s'emmerder ferme. Passez donc votre chemin et télécharger plutôt "The Walking Dead"!

San Andreas:
Eeeeet oui, je n'ai pas pu résister à l'attrait de ce bon gros film catastrophe servi par "the Rock", qui malgré les ans n'a toujours pas perdu de ses muscles. Comme prévu, une débauche de destruction est au rendez-vous, les acteurs venus touchés leurs chèque n'essayant même pas de s'intéresser aux trois lignes de texte de toute façon sans intérêt qu'ils doivent dire avant de crier très fort et de se prendre des murs de bétons sur la gueule (ou de les éviter par miracle, parce que bon, on doit tout de même friser une catastrophe à 2 ou 3 millions de morts, mais - classification PG13 oblige - on en voit pas un seul). Le film est donc débile mais relativement efficace, à partir du moment où on sait ce qu'on va voir. Faisant écho aux gros muscles de "the Rock" mention spéciale aux gros ploplos d'Alexandra Daddario, déjà évoqués dans la dernière séquelle de "Massacre à la tronçonneuse" de triste mémoire. Puisqu'on est dans un film idiot, la réalisation s'attache naturellement à dénuder la donzelle au fur et à mesure du film, sans que ça n'aille malheureusement très loin, là encore, PG13 oblige. Bref, faute de mieux, c'est à la rigueur regardable mais ça peut très bien attendre un download pour une soirée pizza-bières.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MRick
Admin
avatar

Nombre de messages : 1144
Age : 40
Néphilim : Azuryan
Loup-Garou : Salma
Agone : Kornak
Date d'inscription : 28/05/2006

Feuille de personnage
Vampire: Alexander Van den Heuvel
Star Wars: Bowbak
Armoria: Gwenole

MessageSujet: Re: Films   Jeu 11 Juin - 11:01

Bon moi je crois que je vais aller voir Mad Max ce WE, en plus il passe en VOST, c'est parfait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MRick
Admin
avatar

Nombre de messages : 1144
Age : 40
Néphilim : Azuryan
Loup-Garou : Salma
Agone : Kornak
Date d'inscription : 28/05/2006

Feuille de personnage
Vampire: Alexander Van den Heuvel
Star Wars: Bowbak
Armoria: Gwenole

MessageSujet: Re: Films   Lun 15 Juin - 11:40


Je suis allé voir Mad Max ce WE, c'est vrai que ça valait le coup... On en prend plein les mirettes ! affraid Shocked

Il y avait du encore du monde à la séance en VF, mais pour la séance en VO, on était 5 dans la salle, le pied !

Je ne sais pas exactement à quoi tu fais référence Yaël quand tu parles de 3D admirable. En fait je ne sais pas quels effets spéciaux sont fait en 3D, ou par d'autre méthodes, mais effectivement, c'est ça qui est bluffant.

Ça pète dans tout les sens, ça va très vite, il y a forcément des effets spéciaux pour certains trucs, mais en fait, on ne sait pas ce qui est de l'image de synthèse ajoutée, ou bien du maquillage à l'ancienne ou des explosions sur des maquettes... Bref, c'est hyper bien fait, et on ne se dit pas "Woaw les effets spéciaux", on se dit "Woaw" tout court.

Le seul truc sur lequel je sais qu'il y a forcément de l'image de synthèse, c'est le bras en moins de Charlize Théron, parce que forcément, on a déjà vu l'actrice avec ses deux mains dans d'autres films, donc on sait qu'elle n'est pas manchote en vrai. Mais dans le film c'est vraiment un personnage qui a été amputé.

Après coup je me pose la question pour tous les personnages secondaires amochés du film (et il y en a un paquet), est-ce que ce sont de vrais acteurs machots/culs de jatte, ou bien ce sont des effets spéciaux ? Impossible de le savoir sauf à retrouver l'acteur sur une photo ailleurs.


Et puis comme le souligne Yael, c'est pas "juste" un film d'action. C'est un film qui nous fait réfléchir sur plein de chose. Certains y verront une lecture féministe (c'est l'histoire de femmes qui veulent échapper à un tyran et qui vont tomber sur Max qui va les aider). Certains y verront un film pacifiste pour montrer l'horreur que serait la vie après une guerre nucléaire. Certains y verront un film écologiste pour dénoncer les excès de la société actuelle.
Mais c'est oublier que Miller est aussi un végétarien et écologiste. Les femmes-esclaves, utilisées pour procréer ou pour produire du lait, mais aussi Max qui est capturé pour produire du sang sont traités comme des animaux dans le film. D'ailleurs pendant la moitié du film Max a une muselière, et il ne parle pas il grogne. Je pense que c'est une dénonciation des maltraitances faites aux animaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael

avatar

Nombre de messages : 878
Age : 39
Néphilim : Fulgrim
Loup-Garou : Iris Knight
Agone : Miranda Calisal
Date d'inscription : 01/06/2006

Feuille de personnage
Vampire: MJ
Star Wars: MJ
Armoria: Hoël Tragan

MessageSujet: Re: Films   Lun 15 Juin - 18:40

En effet, on peut lire Mad Max sous de multiples angles et c'est ce qui en fait un de ses intérêts, au delà de son côté spectaculaire et de l'extraordinaire maîtrise dont il témoigne. Pour ceux qui ne l'ont pas encore vue, courrez-y!

Sinon j'ai été voir Jurassic World et deux trois autres trucs dont je vous parlerai une autre fois. D'ici là bonnes séances!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joss

avatar

Nombre de messages : 1027
Néphilim : Alexshara
Loup-Garou : MJ
Agone : MJ
Date d'inscription : 30/05/2006

Feuille de personnage
Vampire: Isabelle de Buat
Star Wars: Maxwell
Armoria:

MessageSujet: Re: Films   Mer 17 Juin - 22:00

J'ai aussi été voir Jurassic world et j'ai hâte de voir ce que tu vas écrire dessus, si jamais il y a quelque chose à écrire dessus ;-). Je pense que le scenario a été rédiger en moins de 15mn sur le coin d'une nappe en papier dans un bar dégueulasse par un gars ivre mort ou suicidaire après 3j sans dormir. C'est une suite de clichés où l'on se moque ouvertement du spectateur en le prenant pour un légume vapeur! Enfin bon, vous l'aurez compris j'ai tout simplement détesté ce film où l'on a copier coller les scènes du premier opus et inventé un scénario encore plus mauvais que transformers et beaucoup moins drôle.

Seuls points positifs, Daniel a relevé bon nombre d'incohérences et aimé les scènes de bastons entre dinosaure ;-)

_________________
Néphilim : Alexshara
Agone : MJ ou Arbassin ? Wink
Loup-Garou : MJ ou conteur ?
Vampire : Isabelle de Buat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab

avatar

Nombre de messages : 458
Age : 39
Néphilim : Azash
Loup-Garou : John McAllister
Agone : Murmure
Date d'inscription : 28/05/2006

Feuille de personnage
Vampire: Sarah
Star Wars: Karshkhan
Armoria: Mélissandre

MessageSujet: Re: Films   Ven 19 Juin - 16:20

Et pendant ce temps, dans game of thrones, des gens meurrent ! Twisted Evil

_________________
Néphilim : Azash
Agone : Murmure
Loup-Garou : John McAllister
Vampire : Sarah Noël
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tof

avatar

Nombre de messages : 829
Néphilim : MJ
Loup-Garou : Le Yeno Ibanez
Agone : Joniel Vertombre
Date d'inscription : 29/05/2006

Feuille de personnage
Vampire:
Star Wars: Monara
Armoria:

MessageSujet: Re: Films   Sam 20 Juin - 4:54

Pour ma part j'ai u dans dans l'avion pour le congo:
Le 3eme opus du hobit. .. à chier
Le 3eme omus du gardien au musée ... à chier
Kingsman : très très divertissant j'ai bcp aimé le côté très british de l'espion et le côté très americain du mechant qui a un cheveu sur la langue. Et puis qq scène de baston super marrante.

Voila.... bon maintenant je me prépare à passer un bon moment au hellfest Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael

avatar

Nombre de messages : 878
Age : 39
Néphilim : Fulgrim
Loup-Garou : Iris Knight
Agone : Miranda Calisal
Date d'inscription : 01/06/2006

Feuille de personnage
Vampire: MJ
Star Wars: MJ
Armoria: Hoël Tragan

MessageSujet: Re: Films   Sam 20 Juin - 7:53

((Tof, Fab, content d'avoir de vos nouvelles! cheers ))

Alors :

Jurassic World:
En écrivant ces lignes et alors que j'écoute la B.O. d'ET, je réalise à quel point en vieillissant Steven Spielberg (qui produit Jurassic World) est devenu "Tatie Danielle" (petit clin d'oeil à nos auxerois). Là où ET mettaient en valeurs l'imagination et le rêve de gosses face à la froide rationalité des adultes, Jurassic Park n°1 montrait déjà que tonton Steven commençait à en avoir ras le cul des niards imposés par la prod. D'ailleurs seul l'improbable Jeff Goldlum rempilera pour les opus suivants, c'est dire. Mai j'y reviendrai.
Je ne me suis jamais vraiment expliqué la légende pas possible qui gravite autour de Jurassic Park depuis sa sortie il y a presque 20 ans; à part l'engouement dinosauresque qu'il a provoqué, celà reste un film catastrophe, certes techniquement réussi et novateur mais globalement très con et sans originalité scénaristique. Vidocq, premier film tourné en numérique était également un exercice de style techniquement très réussi mais d'une nullité scénaristique abyssale et que tout le monde a rapidement oublié; là, la légende s'est forgée, sans aucun doute grâce au merchandising et à un rouleau compresseur de com qui montre à quel point les 'Ricains sont à des années lumières de nous autres cons de français dans le domaine comme dans d'autres. Ceux qui ont revu récemment Jurassic Park 1 ne me démentiront pas: ça a quand même vachement mal vieilli.
Bref, 4e opus de la série, Jurassic World se trouvait fatalement devant une difficulté majeure: depuis le premier, les dinosaures sont devenus communs voire galvaudés, les effets spéciaux numériques banals, le genre films catastrophes généralement cantonné à du DTV (direct to video)... Faire plus gros plus grand plus fort plus de tune avec des arguments de y a 20 ans n'était donc pas joué d'avance.
Force est de constater que le pari est largement gagné du point de vue pognon, puisque les résultats au box office sont démentiel. Maintenant qu'en est-il du film lui même? Et bien c'est là que la méchanceté croissante de Spielberg laisse le spectateur averti assez pantois:
Construit sur exactement la même architecture que le premier, le scripte prévisible à l'envie ne s'encombre même plus de chercher l'identification au personnages par les spectateurs. Spielberg et la prod l'ont bien compris, les bouffeurs de pop-corn du monde entier sont venus voir des dinosaures, à l'instar de tous ces gros touristes du Jurassic World dans le film. L'attraction devenue galvaudée au point d'en devenir une machine à fric sans âme (intéressante mise en abîme...) met en scène des archétypes sans conviction tout juste bons à servir de faire valoir aux vrais stars du films: les dinosaures animatronics. Vous me direz, pas vraiment de changement vis à vis du premier. Certes. Mais là où le bas blesse, c'est cette fois, tout semble fait pour que le spectateur ne souhaite qu'une chose: la mort dans des souffrances atroce de TOUS les acteurs du film:
- les deux gosses insuportables, le niard pénible et le grand con et décérébré
- le patron-lashmi-mital avec un peu de scrupule mais pas vraiment et on sais pas trop ce qu'il vaut et de toute façon on s'en fout parce qu'il est étranger et qu'il n'est pas question qu'un Indien puisse être plus riche qu'un occidental donc il faut qu'il meure
- Bryce Dallas Howard qui s'est faite refaire les seins et dont on espère à chaque moment qu'elle va se péter les deux chevilles à courir avec ses talons aiguille et se faire piétiner par un tricératops après s'être faite déchirer les vêtement, mais comme pour San Andreas - vous remarquer le niveau de comparaison... - c'est pas possible parce que film grand public
- les teubés de militaires/agents secret ou je sais pas quoi qui ressemblent à rien et qui de toute façon meurent (mais assez tard, histoire de bien avoir le temps de vous énerver)
- le gros con de l'enclos du monstre énorme qui, parce qu'il est gros est donc fatalement destiné à mourir, suivant la sélection naturelle et la grille catégorielle des studios
- le héros à moto dont je me souviens plus du nom et qui a passé ces dernières années a essayer d'apprivoiser des Velociraptors, pour finalement en devenir le chef de meute, c'est dire si il est con
- même les parents des deux niards qu'on imaginerait bien apprendre qu'ils sont morts dans un accident d'avion pendant que leurs cons de gosses se faisaient écraser par un troupeau de diplodocus dans leur sphère à la noix
J'en passe et des pires.
Spielberg préfère ses créatures animatroniques au genre humain et vous le fait très explicitement comprendre. Toute la première partie du films, traditionnellement consacrée à l'exposition avant le drame est construite pour vous faire haïr tout ce que vous voyez à l'écran:
- le parc d'attraction symbole bien lourd de la société de consommation (mention spéciale au jardin où les ch'tis nenfants peuvent monter sur le dos de mignons petits dinosaures - on ne parle pas de l'odeur et des énormes bouses que ces machins là doivent produire...)
- les gestionnaires du parc, symbole bien lourd du capitalisme sans scrupule et inhumain
- les généticiens, symbole bien lourd de... bref
- les agents secret/militaires
- le héro dans sa cabane au fond du jardin avec son side kick Omar Sy qui se fait une spécialité de noir de service dans les films US
Lorsqu'au bout d'un temps qui vous parait forcément long, on vous offre enfin l'exutoire tant espéré, vous avez tellement la rage et l'écume au lèvre que vous ne rêvez que d'une chose:
que le film soit classé R voir X pour enfin assouvir votre soif de sang et assister à un putain de carnage dantesque.
Mais malheureusement, comme c'est grand public, vous êtes forcément frustré dans votre pulsion de destruction et de mort et n'en êtes plus réduits qu'à espérer que Spielberg va vous surprendre en tuant certains personnage scénaristiquement invulnérables. Mais non, ça vous ait méchamment dénié. Même le scientifique pourri s'en tire, c'est dire à quel point tonton Steven aime vous faire un gros doigt.
Car c'est bien de celà dont il s'agit au final: tout ce spectacle n'est qu'un miroir que Spielberg vous tends, pour vous montrer à quel point vous, spectateur venu voir son film êtes laid et méritez la frustration dont vous êtes victime. Vous vouliez voir de monstres massacrer des touristes, regardez donc à quel point les monstres c'est vous et à quel point mes dinosaures virtuels sont parfaits en comparaison.
A ce niveau, un tel cynisme au cinéma est proprement ahurissant.
Alors, au delà de la nullité du film, faut-il en déduire que Spielberg devenu vieux va mourir en misanthrope richissime, lui qui nous a offert tant de moments de rêve et de plaisir au cinéma? Peut-être bien, le dégoût de l'humanité qu'il étale dans Jurassic World ne pouvant s'expliquer par une frustration d'artiste face à une production avide et sans scrupule: c'est LUI le producteur!!! Alors quid?
Et bien peut-être qu'au fond, tonton Steven se révèle enfin pour ce qu'il est: un homme qui a toujours préféré ses rêves et son imagination à la réalité du monde et qui au soir de sa vie aimerait s'évader dans ceux-ci, sans la boue de la plèbe à nourrir. Cependant, s'il était honnête, Spielberg aurait dans ce cas pu profiter de ce film (probablement un de ses derniers) pour faire VRAIMENT ce qu'il aimait, sans contraintes de rentabilité, libre comme l'air puisque se produisant lui-même avec un budget plus que confortable. Il aurait tué Dreamworks, c'est certain, mais il aurait peut-être pu montrer quelque chose à la hauteur de Mad Max.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael

avatar

Nombre de messages : 878
Age : 39
Néphilim : Fulgrim
Loup-Garou : Iris Knight
Agone : Miranda Calisal
Date d'inscription : 01/06/2006

Feuille de personnage
Vampire: MJ
Star Wars: MJ
Armoria: Hoël Tragan

MessageSujet: Re: Films   Dim 21 Juin - 17:57

Hop, histoire d'effacer le souvenir douloureux de Jurassic World:

Kingsman:
Etant en mer lors de sa sortie, je ne l'ai vu que récemment en video mais je tenais à parler de cette remarquable parodie James Bondesque, aussi inattendue que rafraichissante. Servie avec justesse par Samuel Jackson qui cabotine avec brio, Colin Firth impéccable ou encore l'inoxidable Mickael Kane (et même Marc Hamil qui fait un caméo!), Kingsman se paye le luxe malgré sa distribution luxueuse d'un ton résolument grinçant et d'une violence assumée et jouissive. On est ici à des années lumières d'un spectacle stéréotypé à la XXX ou autres prod musclées américaines qui dissimulent sous des tonnes de destructions et de clichés leur incapacité crasse à mettre en scène la violence à l'écran. Ici, le ton volontairement outré fait pensé à un bon groupe de sales gosses de pop anglaise donnant un bon coup de pied dans les couilles au R'n'B amerloque, aussi obèse que ridicule. Critique sans être cynique (bye bye Spielberg), Kingsman nous offres des scènes d'anthologie admirablement filmées (l'église, moment de cinéma le plus cathartique depuis bien longtemps) tout en faisant montre d'une remarquable maîtrise de la montée en tension. Un bien bel ovni cinématographique, trop rare sur nos écrans ces derniers temps.

Vice Versa:
Une fois de plus, PIXAR malgré son rachat par l'empire Disney ne dément pas sa réputation de fabriquant de films d'animations intelligent et drôle, autant destinés aux enfants qu'aux adultes. Ici, l'histoire vue de l'esprit d'une pré-adolescente est traitée avec beaucoup d'humour et de finesse, à des antipodes des prouts prouts d'un Shreck. Loin de n'être destiné qu'aux filles, le sujet confirme néanmoins la tendance générale d'un rééquilibrage vers le public féminin des héroïnes et globalement des thématiques Disney. Aux vues de la qualités des dernières production (Malefique, La Reine de Neige, Raiponce...) on ne peut que se féliciter de ce choix des studios aux grandes oreilles. Peut-être un espoir pour le futur Star Wars?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MRick
Admin
avatar

Nombre de messages : 1144
Age : 40
Néphilim : Azuryan
Loup-Garou : Salma
Agone : Kornak
Date d'inscription : 28/05/2006

Feuille de personnage
Vampire: Alexander Van den Heuvel
Star Wars: Bowbak
Armoria: Gwenole

MessageSujet: Re: Films   Lun 22 Juin - 10:45

Fab a écrit:
Et pendant ce temps, dans game of thrones, des gens meurrent ! Twisted Evil
Oui, bah ne spoile pas trop stp, je suis en retard, je n'ai vu que les 5 premiers épisodes de la 5ème saison !

On pourra en parler quand tout le monde aura vu jusqu'au bout. Very Happy


Yael a écrit:

... on ne peut que se féliciter de ce choix des studios aux grandes oreilles. Peut-être un espoir pour le futur Star Wars?
Dans les teasers/bandes annonces il semblerait que le personnage principal du film soit une héroïne, j'ai pas retenu son nom, mais a priori c'est la fille de Leïa et Han Solo. Selon toute vraisemblance c'est à elle que Tonton Luke s'adresse quand il dit que la force est puissance en elle.
Et l'autre personnage principal ça semblerait être le black qui était en armure de Storm Trooper. À son sujet, deux théories s'affrontent parmi les fans : certains pensent que c'est un gentil qui était infiltré parmi les Storm Troopers, et d'autres pensent que c'est un déserteur sur la voie de la rédemption.

Je pense que la deuxième option en ferait un personnage plus intéressant, amha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab

avatar

Nombre de messages : 458
Age : 39
Néphilim : Azash
Loup-Garou : John McAllister
Agone : Murmure
Date d'inscription : 28/05/2006

Feuille de personnage
Vampire: Sarah
Star Wars: Karshkhan
Armoria: Mélissandre

MessageSujet: Re: Films   Lun 22 Juin - 12:29

MRick a écrit:
Fab a écrit:
Et pendant ce temps, dans game of thrones, des gens meurrent ! Twisted Evil
Oui, bah ne spoile pas trop stp, je suis en retard, je n'ai vu que les 5 premiers épisodes de la 5ème saison !

On pourra en parler quand tout le monde aura vu jusqu'au bout.  Very Happy

Ah ba si j'avais que personne ne mourrait, ça, ce serait un spoil Very Happy

_________________
Néphilim : Azash
Agone : Murmure
Loup-Garou : John McAllister
Vampire : Sarah Noël
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tof

avatar

Nombre de messages : 829
Néphilim : MJ
Loup-Garou : Le Yeno Ibanez
Agone : Joniel Vertombre
Date d'inscription : 29/05/2006

Feuille de personnage
Vampire:
Star Wars: Monara
Armoria:

MessageSujet: Re: Films   Lun 22 Juin - 18:48

juste pour ceux qui ne l'ont pas encore vu:...https://www.youtube.com/watch?v=-420KtHi8J0
bon ça ne vaut pas un dvd mais bon... la scène de l'église est vers les 1h07... un vrai régal

autre bon film. efficace: John Wick :https://www.youtube.com/watch?v=TpVZrEhMQbU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael

avatar

Nombre de messages : 878
Age : 39
Néphilim : Fulgrim
Loup-Garou : Iris Knight
Agone : Miranda Calisal
Date d'inscription : 01/06/2006

Feuille de personnage
Vampire: MJ
Star Wars: MJ
Armoria: Hoël Tragan

MessageSujet: Re: Films   Sam 27 Juin - 17:39

John Wicks... tu veux parler de ce sous-Jack Reacher qui est déjà un sous-Bruce Willis avec un Keanu Reeve gras et qui commence à se dégarnir qui fait un come back raté sur fond d'actioner cheap? Mouais... sympa pour une soirée célib-Mc Do-Chateau Lafitte 1990 mais sinon sans plus. Suspect

Bien pire mais dans un autre genre:

Poltergeist:
Oooooh pauvres âmes égarée qui croyaient encore qu'on pouvait faire un remake honnête avec les technologies d'aujourd'hui d'un monument de cinéma d'hier....
Voici un film qui détrône largement (mais alors TRES largement) l'insipide Carrie (sortie en 2013 avec Chloe Grace Moretz) du rang de remake fantastique le plus inutile de ces vingt dernières années (je ne parle pas de Total Rekall qui est une inénarable daube, mais ancré dans le genre SF)!
Inutile certes, mais en plus nul. Car là où Kimberly Pierce s'attaquait avec une certaine honnêteté à défaut de talent au légendaire et toujours pervers chef d'oeuvre de Bryan De Palma (quitte à mâtiner son travail d'une morale à la noix assez agaçante malgré tout), Gil Kenan se foire lamentablement face au monument créé en 1982 par le duo Tobe Hooper / Steven Spielberg. L'affaire, éminemment casse-gueule partait pourtant pas si mal. Respectant les codes de l'oeuvre originel, la première demi-heure exposait son récit de façon assez crédible, les acteurs se glissant plutôt bien dans le ton décomplexé du modèle avec une touche de mise à jour discrète; quelque petits moments de flippe, pas mirobolants mais correctes; bref, rien de bien merveilleux mais rien de désagréable non-plus...
Et puis tout à coup, soit le réalisateur en a eu ras le cul, soit les producteurs lui ont fait comprendre qu'il n'était pas là pour faire un film de 2h30 mais bien 100 minutes max et que lui et ses clampins de sitcom avaient intérêt à se bouger le cul, toujours est-il qu'en une scène, le films bascule du fantastique un rien flippant au grand-guignol ridicule. Et comme les acteurs (Sam Rockwell, Rosemary Dewitt, Jared Harris, tous abonnés aux second rôles mais ayant suffisamment d'heures de vol pour connaître leur boulot) se rendent de toute évidence compte que la prod est partie en couille, ils décident dans un bel ensemble qu'il n'en ont plus rien à branler et commencent tous à jouer comme des planches à voile, gamins compris.
Je ne parle même pas des effets spéciaux qui à côté de la version de 1982 prouvent à quel point la technologie ne peut en aucun cas sauver une absence totale de talent et d'inspiration.
Une déception profonde donc mais pas vraiment une surprise: en 1982, Tobe Hooper venait de réaliser Massacre à la Tronçonneuse et Spielberg sortait juste des Dents de la mer... un palmares autrement plus impressionnant que Monster House (anime réussi il est vrai) et La citée des Ombres. Quand on veut s'attaquer aux légendes, il n'est pas inutile de mettre une pointure aux commandes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael

avatar

Nombre de messages : 878
Age : 39
Néphilim : Fulgrim
Loup-Garou : Iris Knight
Agone : Miranda Calisal
Date d'inscription : 01/06/2006

Feuille de personnage
Vampire: MJ
Star Wars: MJ
Armoria: Hoël Tragan

MessageSujet: Re: Films   Sam 15 Aoû - 17:26

Un été de merde?...

Bonjour à tous. Alors comme ça fait un petit moment que je n'ai rien écrit sur ce sujet, je vais tâcher de résumer le florilège de films vus ces derniers temps. Vous l'aurez compris au titre (honteusement paraphrasé du Mad Movies de juillet-août), cette cuvée estivale 2015 n'a pas été la meilleure...
Plutôt que de faire un inventaire chronologique, je vais plutôt procéder par niveau. Et comme je suis sadique, je commence par le pire Twisted Evil

Les pires-qu'à-chier:

Cette année, parmi les rebuts de raclure de péllicule qui n'aurait jamais dû franchir le cap du DTV, je citerais pêle-mêle:

Insidiou : Chapître 3
Troisième volet d'une série pourtant commencée par James Wan (SAW) par un très bon film old school, efficace et assez flippant, on assiste avec désœuvrement là à une oeuvre inconsistante et stéréotypée (jump scare, séance de spiritisme, musique convenue...) qui débouche sur un final où la dernière once de crédibilité du script s'effondre lamentablement; même pas drôle tellement elle est nulle, cette séquence à elle toute seule ressemble à une succession de moments gênants, où le spectateur hésite à quitter la salle pour aller jeter un oeil aux fins des films d'à côté, histoire de voir si on se fout un peu moins de sa gueule... navrant.

Les dossiers secrets du Vatican

Imaginez l'Exorciste de William Friedkin (1973... tout de même) qui serait passé à travers une tempête de lisier de porc à la sauce found footage; imaginez les acteurs les moins inspirés de l'univers, servis par les voix françaises les plus pourries envisageables (ils ont dû les trouver dans la rue, il y avait plus personne de dispo); imaginez le scénario de possession le plus prévisible, la photographie la moins originale, la bande son la plus lambda; faites un mix de tout ça et vous aurez une idée de la misère que peut être ce film... si tant est qu'on puisse lui donner ce nom.

Unfriended
Tiens, encore un found footage... Tiens ça se passe uniquement via des ordinateurs et des webcam... Tiens, c'est des ados décérébrés qui se font trucider alors qu'ils sont en train de chater... tiens, j'en ai rien à foutre et ça me gonfle de regarder un ordi avec une image pourrie de la surface d'un écran de cinéma.... Tiens, je vais me barrer.

Vous l'aurez compris, dur dur pour le cinéma d'horreur/fantastique cet été... Mais (toujours pour citer Mad Movie), Insidious 3 et Poltergeist ayant chacun rapporté 75millions de dollars pour un budget minimal, il n'y a sans doute pas grand chose à espérer dans les années à venir sur ce front là.


Les grosses purges:

Ceux là on faillit finir dans la catégorie du dessus, mais ont été sauvé in-extremis par quelques scènes ou qualités mineures. Ils n'en restent pas moins très mauvais:

Terminator Genisys
Voilà voilà, on nous avait redonner espoir en cette licence avec le très réussi précédent opus, malgré quelques scorilles (Christian Bale sur-jouant, l'apparition du T800 sous forme Scwarzie un peu ratée visuellement... rien de bien grave). Tout a été foutu par terre avec cette suite-préquelle-reboot-crash-fatal-error je sais pas quoi, où une Kaleessi en brune (sa couleur naturelle) jouant une Sarah Connor aux antipodes de la légendaire Linda Hamilton donne la réplique à un Shwarzie vieillissant, à peine bon à jouer les side-kick humoristiques (un comble... ça fait tellement mal à voir!). Ce grand plouc de Jason Clarke nous sert un Kyle Reese aussi falot que lui-même mais reste sommes toute le moins pire de la bande, puisque Jay Courtney (en roues libres) campe un John Connor complètement à contre emploi. Seules choses à garder dans ce magistral ratage, des scènes d'action qui restent standards, quelques séquences vaguement amusantes (celle de l’hôpital est probablement la meilleure de tout le film) et une ou deux idées visuelles (le méchant fractalisé... ). En dehors de ça, contempler la légende des années '80-'90 tomber aussi bas fait peine à voir.

Pitch Perfect 2
On prend les même et on recommence... le premier film prenait à contrepied le genre de façon assez ludique et offrait un spectacle assez frais et distrayant, à défaut d'être toujours de bon goût. Là les machines du premiers sont resservies tel quel, avec moins d'idées de scénario, presque pas de nouveaux personnages et une version française moisie. Le moins mauvais des films de dance/musique a donc malheureusement retrouvé les "sexy dance 18", "Flash dance 32" et autres "Honey 5" au rang des produits stéréotypés sans âme ni intérêt. Le visuel des chorigraphies, le côté marrant des tubes repris en a capella et quelques gags sont la seule chose qui rend le film pas trop chiant. C'est peu.


Les juste passables:


On trouvera sans surprise dans cette catégorie les bloc buster MARVEL, standardisés et sans originalité, pas forcément complètement désagréables à regarder mais suivant une mécanique tellement rodée qu'elle a fini par user jusqu'à la toile ce qui faisait le plaisir de ces films.

Antman:
Visiblement moins connu que les autres héros du bestiaire MARVEL, Antman s'offre un début un peu plus original (un peu hein... faut pas pousser quand même) que les autres, et quelques bonnes idées visuelles (le jeu entre les proportions aide beaucoup... et est bien rendu). Michael Douglas (finalement les personnage le plus intéressant du film... et pour cause!) montre qu'il n'a pas trop perdu la main... et la machine MARVEL qu'elle n'a pas n'ont plus l'intention de trop laisser de liberté à l'histoire, car assez vite - cross-over avec les Avenger oblige - on retrouve les même ficelles (agaçantes) que les autres films de la licence. ça reste donc regardable, mais ça n'a vraiment pas grand intérêt.

Les 4 fantastiques
Ce reboot pas indispensable (même s'il est vrai que les deux films de 2005 et 2007 étaient particulièrement nazes) et surtout destiné à faire de la tune est, surprenamment une pas si mauvaise surprise. Servi par des acteurs de seconde zone (qui connait le héros, à part pour sa performance de tête-à-claque-tu-mérites-de-mourir dans Divergente et sa suite?), la tonalité emprunte autant au teen movie de l'époque Amblin (en particulier à l'excellent "Explorer") qu'aux oeuvres récentes (et réussies, elles) du concurrent DC Comics. Le mélange est plutôt pas trop mal et le film évite beaucoup d'écueils qui permettent, nonobstant l'invraisemblance du scénario, de maintenir un spectacle plaisant (on sent là à quel point le réalisateur à dû lutter avec ses producteurs)... du moins jusqu'à la grande séquence d'affrontement avec le gros-méchant. Là, malheureusement notre courageux Josh Trank a dû se faire bouffer par ses Executives; une citation résume à elle seule combien le film qui tenait à peu près debout depuis le début le croute tristement la gueule à quelques mètres du bol de sangria: "Il n'y a plus de Victor! Il n'y a plus que Fatalis!". Voilà, dit comme ça ça parait déjà ridicule, alors imaginez proféré par un mec en costume verdâtre qui il y a une demi-heure était un chercheur anarch qui faisait des doigts aux gars du pentagone... quel dommage.

Ted 2
Prout... fumer des joints... niquer des meufs... prout, voilà ce qui résume grosso-modo Ted, et le rire gras n'est pas finit avec Ted 2. Plus mauvais que son prédécesseur, le film toujours aussi régressif laisse cette fois tomber les sous-texte brulot de l'original pour s'inscrire dans le genre buddy-movie passablement drôle et décérébré. Quelques séquences marrantes (la conduite nocturne, la baston au Comicon) rattrapent un ensemble finalement assez insipide et convenu, mis à part la beuh, montée au pinacle par les scénaristes qui ont visiblement dû abuser de la substance en écrivant leur script. ça fera beaucoup rire les ados.

Absolutely Anything
"Bruce tout puissant" version british, avec moins de budget et la surprise en moins... en dehors de ça, ça reste un spectacle plutôt plaisant qui repose surtout sur quelques comiques de situation, un Simon Pegg standard, une Kate Beckinsale jolie et un chien qui parle. Vu en VF, il est fort à parier qu'une bonne proportion de l'humour n'a pas franchit le cap de la traduction. A moins que ce soit juste gentillet... et un peu raté.

La dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil
Il aurait mérité de figurer dans la catégorie précédente, car Joan Sfar, pourtant remarquable bédéiste et assez bon cinéaste (Le chat du Rabin, Gainsbourg) a complètement raté son film. Là où la bande annonce laissait imaginer un road movie poussiéreux, moite et déjanté à la Tarantino, Sfar nous livre une espèce de Chabrol qu'il tente de mâtiner d'accent Lynchiens. ça ne marche pas du tout et la belle Freya Mavor a beau essayer de singer Isabelle Adjani dans l'été meurtrier, le film ne parvient jamais à décoller. Reste un belle photographie, un Benjamin Biolet excellent (mais rare...) et la découverte d'une actrice qui, si elle se remet de ce film, pourrait avoir une carrière intéressante.


Les bons

Ils ne sont pas nombreux... peut-être faut-il attendre la fin du mois d'août pour espérer voir cette catégorie s'enrichir.

Mission Impossible : Rogue Nation
Presque 20 ans après le premier volet de la série (et oui, le Brian de Palma date de 1996... déjà!), Tom Cruise a gagné quelques rides et quelque kilomètre cubes d'égo, le scénario n'a pas gagné en vraisemblance... Mais force est de constater que le spectacle est toujours aussi efficace; plus encore même, très loin des tentatives intimistes ratées du n°3 ou de l'insipidité émotionnelle du n°4, Rogue Nation propose un actionner décomplexé, saupoudrée d'une romance plutôt crédible et amusante; le résultat, très Jamesbondesque est efficace et jouissif à bien des moments. Mention pour la bande annonce qui ne déflore pas les meilleures scènes du film, au contraire de nombreux blockbuster actuels. Bref, on en sort pas plus intelligent, mais on passe un bon moment.

Les très bons... mais que vous ne verrez pas

Et pour cause, ils ne sont sortis qu'à Paris dans quelques salles seulement.

The Duke of Burgundy
Très étrange film réalisé par l'auteur du non moins étrange "Breberian Sound Studio", The Duke... relate la relation sado-masochiste entre deux femmes, une anglaise et une italienne. Le film évolue en apesanteur, au milieu de décors somptueux et qui participent de l'onirisme général (et pervers) de l'oeuvre, et soutenu par une photographie d'une élégance à couper le souffle. Très bien joué, sautant sans arrêt d'une atmosphère oppressante à la tension sexuelle, de la sensualité amoureuse à un prosaïsme presque écoeurant, The Duke... est une oeuvre à part, très barrée mais très réussie.

Bizarre
Comment décrire cet ovnis signé Etienne Faure? Maurice, 18 ans a débarqué à New York où, SDF, il enchaîne les petits boulots jusqu'à se faire remarqué et engagé par Kim, patronne d'un bar underground branché de Brooklyn (le fameux Bizarre), spécialisé dans le Freak Show et le Burlesque, qu'elle co-dirrige avec Betty sa copine. L'argument initial peut paraître faible. Il permet pourtant une plongée à la fois dans l'univers fantasmatique et éphémère de la nuit, et dans le quotidien de ces post-ados un peu décalés, beaux, sensibles, torturés parfois. Etienne Faure enchaîne avec une maîtrise ahurissante le traitement presque documentaire de la vie "de jour", et le glissement dans l'onirisme (parfois cauchemardesque) nocturne. Joué (joué, vraiment?) avec une justesse qui fait se demander si ce sont bien des acteurs qui évoluent sur l'écran, tant ils sont crédibles, traité avec autant de respect que de fascination par une caméra sans complexe mais jamais racoleuse, Bizarre est un film absolument magnifique dont on sort transporté, retourné, émerveillé... Un grand moment de cinéma.

Voilà! ceci conclus ce résumé d'un mois et demi de cinéma. Vous l'aurez compris, il n'y a pas des masses de fun sous le soleil de l'été dans les salles obscures. Peut-être peut on néanmoins espérer quelques bonnes surprises avec Coup de chaud et la semaine prochaine avec American Ultra et La belle saison. Pour mémoire je n'ai pas encore vue Renaissance, mais je crains que son ramassage au box office ne le fasse retirer des écrans assez vite... de toute façon ce serait faute de mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MRick
Admin
avatar

Nombre de messages : 1144
Age : 40
Néphilim : Azuryan
Loup-Garou : Salma
Agone : Kornak
Date d'inscription : 28/05/2006

Feuille de personnage
Vampire: Alexander Van den Heuvel
Star Wars: Bowbak
Armoria: Gwenole

MessageSujet: Re: Films   Mer 16 Déc - 22:00


Bon, j'ai vu Star Wars the Force Awakens, et je suis content !

J'avais un peu peur d'être déçu à cause du trop plein de marketing, mais finalement on est super content de retrouver les vieux héros en parfaite osmose avec des nouveaux.

Tout est bien amené, le film est bien ficelé, il y a des surprises même si on s'y attend un peu.

Seul bémol, les méchants pas assez charismatiques. Darth Vader a encore de beaux jours devant lui en tant que méchant le plus badass de la Galaxie.

Ah oui, je l'ai vu en 3D car c'était le seul moyen d'avoir de la VO à l'UGC.
La 3D est bien utilisée, je pense que ça vaut le coup de le voir en 3D contrairement à certains films. (Les combats X-Wing vs Tie Fighter en 3D, ça en jette on s'en prend plein les mirettes !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael

avatar

Nombre de messages : 878
Age : 39
Néphilim : Fulgrim
Loup-Garou : Iris Knight
Agone : Miranda Calisal
Date d'inscription : 01/06/2006

Feuille de personnage
Vampire: MJ
Star Wars: MJ
Armoria: Hoël Tragan

MessageSujet: Re: Films   Jeu 31 Déc - 12:35

Je viens juste de la voir!
J'en aurais pleuré tellement ça fait du bien de retrouver un vrai SW après les daubes sidérales de l'autre con... il a bien fait de vendre le tout à Disney et de débarrasser le plancher.
Le film a sans doute plein de scories et il méritera une nouvelle vision, soit ici à Bahrein soit un peu plus tard à Abu Dhabi, mais quel bonheur de voir enfin des acteurs qui jouent et pas des pantins devant un fond vert, de l'humour drôle et pas des gags moisis réalisés par un animatronique qui mérite que son code soit effacé pour toujours de l'histoire numérique, et un scénario, certes un peu fourre-tout et qui flirte fortement avec A New Hope, mais tellement généreux, intelligent et bien mené (une gageur de faire tenir autant de rebondissements dans 136mn)!
L'idée de ne pas faire une enième itération de Darth Vader *attention spoiler* mais un ado perturbé et copycat du précédent est justement un hommage rendu à cette figure insurpassable du méchant, que la préquelle minable de ass-licking-cock-sucking-mother-fucking-son-of-a-bitch Lucas avait dévoyé de la plus immonde et misérable façon. De même, l'alter ego de Tarkin, en jeune ambitieux modèle Fuhrer au meeting de Nuremberg est finalement crédible et bien campé dans son côté caricatural. La première trilogie nous présentait des méchants charismatiques gravitant autour de la figure mythique de Vader, la seconde trilogie des méchants falots et inconsistants, l'épisode 7 nous propose des méchants énervants, suscitant plus la répulsion que la fascination sans délaisser par ailleurs l'aspect esthétique propre aux méchants de SW.
Par ailleurs, le jeu des liens de famille est aussi réutilisé de manière astucieuse, la figure des vieux héros évite brillamment la tarte à la crème et les nouveaux personnages introduits sont bien construits et intéressants, avec une mention notable pour le nouveau petit robot, mix-up très réussi de R2D2 et de Wall E tout en gardant sa personnalité propre.
Bref, A hell of a good job, JJ!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tof

avatar

Nombre de messages : 829
Néphilim : MJ
Loup-Garou : Le Yeno Ibanez
Agone : Joniel Vertombre
Date d'inscription : 29/05/2006

Feuille de personnage
Vampire:
Star Wars: Monara
Armoria:

MessageSujet: Re: Films   Sam 2 Jan - 11:54

Pour ma part, ce film ne m’a pas fait vibrer, pas d’enjeux, pas musique avec un thème principal, pas de personnage crédible. En bref un film d’action spatiale et énormément de bouts de ficelle pour faire tenir un scenario copié du IV sans toute la « Force » du IV.

Très décevant au vu de la richesse de l’univers.
Très très décevant car il prend le téléspectateur pour un con qui doit avaler ce qu’on lui donne sans réfléchir.

La déception a commencé avec le synopsis risible (Mel Brooks aurait fait mieux). 3 paragraphes.  1er paragraphe : Luke a disparu. 2ème paragraphe : la résistance recherche Luke car il a disparu. 3ème paragraphe : l’ordre nouveau recherche Luke qui a disparu… si après les 3 paragraphes, le spectateur ne comprend pas que Luke a disparu, il est vraiment un gros nul. Le texte des autres opus posait mieux le décor et amenait l’intrigue.

La déception a été ensuite maintenue et renforcée tout au long du film par des évènements risibles.

  • Une résistance…mais on est 25 ans après la chute de l’empire donc dans une nouvelle république… 1ère question : que fait la résistance ?… des irréductibles castristes qui ne veulent pas lâcher leur statut ?
  • Un méchant qui le vaut bien avec son brushing impeccable, et sa face de tête à claque. Un gamin capricieux qui éclate une console d’écrans pour montrer qu’il est très très en colère…donc très très méchant ? Le silence de Vador faisait frémir, là, on est dans le burlesque. Il est jedi sombre, formé par Luke et un Sith. Même si sa formation n’est pas terminée, il n’est pas capable de battre une fille et un trooper qui manipule un sabre pour la 1ère fois. Au début du film on constate qu’il est puissant, mais à la fin, il est aussi bon qu’un Fabien au mieux de sa forme (et de sa chance) avec les D…. Smile… bref échecs critiques sur échecs critiques.
  • Une héroïne qui a (sur)vécu dès ses 3 ans sur une planète des sables, mais qui répare et pilote le Faucon comme une déesse,  qui connait toutes les langages droïde et non-humain, qui utilise des pouvoirs complexes de la Force sans jamais avoir reçu un enseignement…mais qui doit mendier pour s’acheter un bout de farine.

    Et puis il y a le reste
  • Un pilote qui se fait éjecter de son Tie mais qui perd son blouson… ba oui ça se retire facilement un blouson… des bottes pourquoi pas, un boxer tout aussi facilement…
  • Une planète au nom ridicule : StarKiller, équipée d’une arme surpuissante sans aucune protection spatiale… où sont les destroyers, les croiseurs, où est la bataille épique, où est la stratégie signifiant qu’il y a vraiment des stratèges… car : « on détruit les boucliers puis on détruit l’arme avec 8 malheureux X-wing », c’est digne d’un gamin de 5 ans.
  • Un discours ridicule d’un général de l’ordre nouveau aux mimiques faciales pitoyables pour montrer sa folie et motivation devant une armée lobotomisée… au moment où tous les soldats lèvent le bras, je me suis demandé si le gars n’avait pas une télécommande pour cela…
  • Une base avec un trou abyssale traversé par une passerelle d’1m de large sans rambarde de sécurité…. Le CHSCT des hommes de mains appréciera.
  • R2D2 qui a la carte, mais qui n’a jamais été trouvée par le 1er trouffion en informatique.
  • L’empire qui a une carte couvrant 95 % de la galaxie, sauf un trou… trop dure de faire des recherches
  • Le film ne tient pas compte du temps et de l’espace. 20 minutes pour parcourir la distance entre la base rebelle et la planète au nom ridicule…. Ils sont si proches que cela ?
  • Un grand méchant à la face de Golum.
  • Le casque de Vador dont le système respiratoire facial fait penser à la rangé de dents de Gargamelle…


Je pourrais continuer comme cela longtemps tellement il y en a. ça serait moins long de lister les points forts, mais c‘est trop dur de les trouver car il y en pas, il y a juste ce qui doit être fait (moins de fond vert, ou du moins mieux géré)

Bref comme expliqué dans de nombreux forum : toutes les scènes sont faites pour les fans, car tout est un clin d’œil aux précédents opus, mais franchement est-ce que le fan attend cela ?

Un bon film commence d’abord par un bon scénario, une intrigue / des évènements, des mise en scènes  qui devraient faire vibrer le téléspectateur, de (bons) acteurs bien choisi, un musique qui impose un rythme, qui met en avant l’histoire. Tout ce que ce film de l’espace n’a pas. Limite Independance Day vu au second degré sera mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael

avatar

Nombre de messages : 878
Age : 39
Néphilim : Fulgrim
Loup-Garou : Iris Knight
Agone : Miranda Calisal
Date d'inscription : 01/06/2006

Feuille de personnage
Vampire: MJ
Star Wars: MJ
Armoria: Hoël Tragan

MessageSujet: Re: Films   Sam 2 Jan - 13:31

Bon, on va pas se battre là dessus... mais as-tu revu récemment les autres épisodes?
On se les ait tous tapé en prévision de l'E7 (et oui, même les 1,2 et 3...).
Oui c'est effectivement un film de fan pour les fan... mais en dehors de l'insurpassable V, on retrouves chez les autres beaucoup des scories que tu reproches à l'E7, en particulier dans le IV (la bataille finale...); Pour le reste, il y a indubitablement beaucoup de défauts, mais aussi une vraie générosité et un amour du genre indéniable.
Pour faire le film que tu attendais, il aurait sans doute fallu le faire dans un univers alternatif... nous sommes tous trop imprégnés des livres, de nos parties de jeu de rôle et de notre propre appropriation de l'univers.
Juste une chose néanmoins pour ajouter à ce que j'ai déjà évoqué dans mon précédent post: c'est un film avec des MORTS! Ok, c'est pas Le soldat Ryan ni Raid, mais IL Y A DES MORTS!!!! et ça à Hollywood de nos jour et pour un film estampillé Disney à vocation quasi familiale (et c'est d'ailleurs une des critiques qu'on lui fait: pas assez familial), c'est un sacré parti pris.
Enfin, si ça pouvait encore vous faire douter: Geoges Lucas n'a pas aimé, c'est donc un preuve de qualité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MRick
Admin
avatar

Nombre de messages : 1144
Age : 40
Néphilim : Azuryan
Loup-Garou : Salma
Agone : Kornak
Date d'inscription : 28/05/2006

Feuille de personnage
Vampire: Alexander Van den Heuvel
Star Wars: Bowbak
Armoria: Gwenole

MessageSujet: Re: Films   Lun 4 Jan - 10:11

Même le Vatican a détesté SW7, alors ça me fait une raison de plus pour l'aimer !

http://www.20minutes.fr/cinema/1757327-20151229-journal-vatican-aime-star-wars-reveil-force

Laughing lol!


Après, il faut reconnaitre que ce n'est pas le film du siècle, mais c'est un film qui fait super plaisir en tant que fan, une bonne dose de nostalgie, et des nouveaux personnages attachants.

J'adore BB8, que je trouve encore plus expressif de R2D2. Un modèle parfait pour expliquer la communication non-verbale ! ;-)

J'aime bien Finn et ses dilemmes...

Alors oui, Rey, est super balèze, elle est aussi douée pour réparer les vaisseaux que Han Solo et Chewbacca réunis, elle utilise des pouvoirs de la force sans entrainement, et elle se débrouille super bien avec un sabre laser, là encore, sans entrainement. Mais justement je trouve que ça entretien un certain mystère autour d'elle : d'où elle vient ? Quel est son lien avec Luke ? Qui est-elle vraiment ?
J'espère bien qu'on aura des réponses crédibles dans les prochains épisodes !


Quand à la supposée faiblesse de Kylo Ren face à des débutants au sabre laser, je ne suis pas tout à fait d'accord. Je rappelle qu'il s'est pris un méchant coup d'arbalète wookie de la part de Chewie auparavant. Pour parler un langage que nous connaissons tous : je dirais qu'il a un malus de -2D à toutes ses actions ! Very Happy
Et puis les gentils font ce que tous les gentils doivent faire dans les JdR : ils coopèrent, ensemble ils sont plus fort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MRick
Admin
avatar

Nombre de messages : 1144
Age : 40
Néphilim : Azuryan
Loup-Garou : Salma
Agone : Kornak
Date d'inscription : 28/05/2006

Feuille de personnage
Vampire: Alexander Van den Heuvel
Star Wars: Bowbak
Armoria: Gwenole

MessageSujet: Re: Films   Lun 10 Oct - 19:22

Bon alors je relance le sujet, car je suis allé au ciné ce WE, et je suis tombé sur une bonne surprise, complètement par hasard.

En fait il me restait une place tarif réduit achetée au CE, valable jusqu'à cette semaine, et je n'avais qu'un seul créneau horaire pour aller l'utiliser, donc j'ai choisi mon film parmi les 3 ou 4 qu'il y avait à cette heure là.

J'ai donc choisi Dont Breathe - La Maison des ténèbres

Je m'attendais à un film d'horreur avec une pointe de fantastique, mais en fait pas du tout, c'est plutôt un thriller réaliste. C'est d'autant plus prenant que ça pourrait tout à fait être une histoire vraie. Je sais que certains éléments sont inspirés d'histoires vraies d'ailleurs. Bon après bien sûr pour faire sursauter le téléspectateur, ils utilisent toutes les techniques classiques. Tu peux être sûr que quand les héros/victimes semblent sur le point de réussi à s'en tirer, BAM ! Il y a toujours quelque chose qui va surgir pour leur tomber sur la gueule avec un effet de surprise parfaitement amené par la mise en scène.
Bref, classique, mais efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael

avatar

Nombre de messages : 878
Age : 39
Néphilim : Fulgrim
Loup-Garou : Iris Knight
Agone : Miranda Calisal
Date d'inscription : 01/06/2006

Feuille de personnage
Vampire: MJ
Star Wars: MJ
Armoria: Hoël Tragan

MessageSujet: Re: Films   Lun 10 Oct - 21:31

Hello!
oui, bonne idée de relancer le sujet sur ce forum décidement un peu trop calme.

J'ai vu Don't Breathe : En effet, arrivé sans beaucoup d'espoir dans la salle et après une exposition classique et poussive, le film devient surprenant et assez excellent. Le pitch : 3 jeunes paumés de Detroit, habitués aux combines de casses, organisent une expédition dans la demeure d'un vétéran aveugle. Le but : lui dérober la fortune qu'il a gagné suite au procès de la mort par accident de sa fille par une chauffard. Classique dans sa mise en scène (un huis clos d'angoisse), il l'est beaucoup moins dans son scripte et son traitement des personnages, retournant totalement le genre "Home Invasion", déroutant le spectateur en assumant pleinement de lui dénier l'identification, sauf pour - tiens tiens, toujours le courant Hollywoodien d'actualité - la fille. Mention spéciale à Stephen Lang, dont le monolithisme proprement effrayant est pour beaucoup dans la réussite de cette petite série B bien ficelée et très plaisante.

Dans le même registre, en un peu plus cheap, Lights Out (Dans le noir) est un film fantastique assez efficace, jouant sur les effets de peur du noir  et des créatures qu'il renferme (un grand classique). De très bonnes idées (je passe sur le scénario parce qu'on s'en cague) et une mise en scène efficace font passer sans problème un jeu moyennement inspiré d'acteurs indigents vaguement dirigés. ça n'a pas beaucoup d'ambitions, mais comme le précédent, ça rempli sans problème ses objectifs, en particulier celui de vous flanquer par moment une sacré frousse.

Très raté en revanche (ça date un peu maintenant), le remake de Ghostbusters, à des années lumières de son original et de sa séquelle. Le propos comico-horrifique du remarquable film de 1984 (et oui, tout de même) est ici transformé en un burlesque de mauvais goût, autour d'acteurs surjouant à mort des personnages à la caractérisation bancale. Malgré les caméos de Bill Murray et Sigourney Weaver et un Andy Garcia qui cabotine gentillement durant deux trois plans, le film peine à se rendre tout simplement intéressant et même plaisant à regarder. Beaucoup plus proche de Shrek que d'un quelconque film fantastique Main Stream, Ghostbusters multiplie les références à son ainé sans jamais parvenir à sa cheville. Alors que les capacités techniques d'aujourd'hui pouvaient laisser envisager un traitement des "fantômes" moins carton-pâte et donc plus "frissonnant" (n'allons tout de même pas parler d'effrayant s'agissant de cette franchise), la prod décide au contraire d'abandonner toute tentative en adoptant des effets visuels laids et grotesques et des situations bouffonnes. Bref, rien n'y est, ni l'humour, ni le frisson, ni même le gros bosse de fin qui avait fait toute la saveur des oeuvres de 84 et 89. Encore un franchise balancée aux gogues... dommage.

Beaucoup plus récent et figurant en excellente place dans la catégorie pire-qu'à-chier, Blarewitch, qu'on aurait tout aussi bien pu retitrer la "sorcière des gros blaires", est une purge totale, une perte de temps, d'argent, de cellules grises, d’acuité visuelle (oui parce que 1h20 de caméra qui tremble c'est dur pour les yeux...) et auditive (ça gueule putain mais qu'est que c'est pénible!!!). Le premier était déjà nazebrocq mais inaugurait un style (ce lui du found foutage), détestable certes mais au moins innovant. Ici, à part le côté anecdotique que ça se passe dans le Maryland (cad là où je vis...) le "film" qui ne fait absolument pas peur a tout de même la capacité magique de transformer 1h20 en 12h de torture pour le spectateur. Bref N'Y ALLEZ SURTOUT PAS et ne le piratez même pas! Y risqueraient de nous en pondre encore un autre!!!

Dans la catégorie Blockbuster estival, Suicide Squad est encore une déception. Essayant de surfer sur le mauvais goût patenté mais poilant de Deadpool, DC Comics nous livre un pseudo "bad-guys movie" qui n'assume pas sa classification R. Libéré de la contrainte du spectacle familial, une prod avec des couilles aurait au contraire pu se lâcher et proposer un spectacle sombre, déviant et déjanté à la hauteur d'un "Souriez" ou d'un "Killing Joke" d'Alan Moore. A la place, le pseudo scénario complotiste  s'inscrivant (franchise oblige) dans la suite chronologique soit disant "désespérée" du Batman vs Superman (mettant en scène la "mort" du second), déroule avec peine ses rebondissement convenus et ses situations prévisibles. Will Smith, sachant que la figure emblématique du film n'est pas son personnage, n'essaie même pas bien jouer ; Margot Robbie a encore beaucoup de chemin à faire pour rendre crédible son Harley Quinn, surtout quand on compare sa performance ultra-surjouée à celle de Michèle Pfeifer / Catwoman dans Batman Returns ; Cara Dellevigne quant-à elle est ridicule dès lors qu'elle abandonne son look "Enchantress" (et qu'elle ouvre la bouche) pour se transformer soit en docteur coincée, soit en grande-méchante-version-Dalida. De toute évidence sans réelle direction, le groupe d'acteur patauge dans un scripte qui prend l'eau dès le départ, inutilement compliqué et truffé de scories pénibles et de gags de mauvais goût. On est donc très très loin de Man of Steel, et même du plus ou moins raté Batman vs Superman.

Si vous ne l'avez pas encore vu, vous pouvez en revanche vous consoler de toutes ces déceptions allant voir Sully, de Clint Eastwood. D'un apparent classicisme qui friserait l’académisme, ce film qui retrace l'enquête du BEA suite à l'amerrissage forcé d'un A320 dans l'Hudson en 2009 vécue du point de vue du pilote pourrait être "juste encore un film catastrophe". Il n'en est rien! Parvenant, alors que l'issue est connue du début à la fin, à nous faire vibrer comme si vous étiez vous même aux commandes ou passager, Eastwood, par sa direction d'acteur, son choix de mise en scène et de point de vue alternatif montre à quel point il se situe au dessus du lot commun des réalisateurs. Quel dommage qu'il est donné son soutien à Trump!

Enfin, Miss Peregrine... , dernier film de Tim Burton est un "spectacles plaisants mais sans plus". Très réussi visuellement (heureusement pour un Burton...), Miss Peregrine... s'inscrirait normalement dans la succession des "Etrange Noël de Mr Jack", "The Corpse Bride", "Beetljuice" et autres films horrifico-teenage. Bien loin du très sombre "Sweeney Todd", beaucoup moins marrant et déjanté que "Dark Shadows", cet ultime opus de l'univers Burton est plus dans un entre-deux assez convenu et du coup décevant, ne parvenant jamais trop à choisir à quel publique il s'adresse. Probablement trop effrayant pour des enfants, il n'est clairement pas assez Rock'n Roll pour des ados et frise l'ennui pour des adultes. Très inspiré pourtant par certaines références visuelles majeures (Ray Haryhausen pour les squelette de Jason et les Argonautes mais aussi les frères Quay dans les automates horrifiques fabriqués par un des enfants), le film avait pas mal d'atouts pour monter un cran au dessus et même prendre un place de choix dans la bizarrerie macabre de l'auteur. Au dejà d'un Samuel Jackson décidement abonné aux méchants décallé qui cabotine à mort et d'une Eva Green qu'on a connu plus convaincante, il reste néanmoins un spectacle comme je disais "plaisant", mais dans lequel on entre jamais vraiment et qui ne fait pas franchement vibrer. Téléchargez plutôt "American Horror Story"!

Voilou, c'est fini pour cette longue revue des films vus ces dernières semaines!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yael

avatar

Nombre de messages : 878
Age : 39
Néphilim : Fulgrim
Loup-Garou : Iris Knight
Agone : Miranda Calisal
Date d'inscription : 01/06/2006

Feuille de personnage
Vampire: MJ
Star Wars: MJ
Armoria: Hoël Tragan

MessageSujet: Re: Films   Dim 23 Oct - 13:03

Vu ce samedi, The Accountant (Le comptable), avec Ben Alfleck, est un actionner dans la lignée de Jack Reacher ou John Wick. Le pitch : un enfant autiste devenu un expert comptable/tueur travaillant à la fois pour lui-même et les plus grandes organisations criminelles se retrouve engagé dans "l'affaire de trop". ça parait un peu con comme ça mais la construction du récit, sautant d'un point de vue à l'autre et multipliant les flash back est assez astucieuse. Elle permet en particulier d'éviter l'écueil du "Super Ego" qui caractérise ses prédécesseurs, en particulier Jack Reacher. Les scènes d'action sont classiques mais bien faites, les personnages bien campés, sans brio mais sans défaut et le ton général jongle avec un humour un peu grinçant, surtout généré par le comique de situation dû au "syndrome d'Asperger" du personnage principal. Rien de fantastique mais un spectacle plaisant. Un regret néanmoins: 128' c'est un peu long tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MRick
Admin
avatar

Nombre de messages : 1144
Age : 40
Néphilim : Azuryan
Loup-Garou : Salma
Agone : Kornak
Date d'inscription : 28/05/2006

Feuille de personnage
Vampire: Alexander Van den Heuvel
Star Wars: Bowbak
Armoria: Gwenole

MessageSujet: Re: Films   Lun 24 Oct - 11:01

Rogue One, source inépuisable de blagues et de mèmes en ce moment sur la toile (depuis la sortie du trailer en fait) ! Laughing

D'un côté les fan de Star Wars, ou du moins qui suivent un minimum, et de l'autre, ceux qui vont voir les films, mais sans plus, et qui ne comprennent pas que Rey ou Finn soient absents du prochain épisode....

J'ai même vu passer un guide pour expliquer aux gens la chronologie des films comparée à la chronologie de leurs sortie au cinéma.

J'aime bien le résumé suivant, appelé Ordre de sortie des épisodes de Star Wars au cinéma :
Épisode 4
Épisode 5
Épisode 6
Épisode 1
Épisode 2
Épisode 3
Épisode 7
Épisode 3.5 (et oui pour Rogue One on est obligé d'utiliser les décimales)
Épisode 8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Films   

Revenir en haut Aller en bas
 
Films
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Postez vos musiques de films/séries/jeux videos préférées
» Musiques de films !
» Films à voir !
» [ Films/Séries] Quelles sont vos films et séries tv préférés ?
» Mes films coup de coeur et à voir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rolistes Nantais :: Taverne-
Sauter vers: